benevolat-des-seniors.jpg

Les seniors et le bénévolat

Le troisième âge est une étape de la vie humaine qui correspond généralement à une période d’inactivité. En effet, elle coïncide avec la retraite pour la majorité des personnes. De moins en moins sollicitées, ces dernières peuvent s’adonner à d’autres activités. Certaines se tournent notamment vers le bénévolat.

Le bénévolat pour les séniors

Le bénévolat consiste à mener une activité non rétribuée. Il se fait souvent dans le cadre des associations, des ONG ou encore des institutions publiques. Les activités menées recouvrent divers domaines, dont la santé, le sport, la culture, l’éducation, la défense de l’environnement. Le bénévolat est une réalité sociale qui implique énormément de personnes.

Les séniors représentent une couche assez investie dans ce domaine. En France par exemple, environ 50 % des bénévoles sont des séniors. Plutôt que l’inaction, plusieurs séniors préfèrent se rendre utiles socialement. Ils peuvent le faire dans des structures d’accompagnement scolaires, de solidarité ou encore dans des associations dévouées à la petite enfance.

seniors-benevolat.jpg

Quelques avantages du bénévolat pour les séniors

Il n’y a pas d’âge prédéfini pour les séniors. C’est bien plus dans le cadre de l’inactivité en rapport à l’emploi que le terme trouve son sens. Néanmoins, toute personne considérée comme sénior est censée avoir des expériences de vie. Cela se révèle important dans le travail bénévole.

Le bénévolat contribue à conserver des rôles de choix à cette couche sociale. Il y a par exemple l’engagement politique, la solidarité de proximité et l’animation de la vie sociale. Outre ces avantages pour le moins contribuant à l’engagement moral, il en existe encore d’autres d’ordres physiques.

La vie de bénévolat pour les séniors les protège contre la dépression, et leur épargne une baisse de capacité fonctionnelle et une forte mortalité. En 2007, le rapport « the health benefits of volunteering » du National Community (USA) a ressorti que :

  • Les pratiques bénévoles bénéficiaient plus aux personnes de 60 ans et plus, du côté de la santé ;
  • Avec 40 à 100 heures d’implication par semaine, les volontaires optimisaient les bénéfices qu’ils tiraient pour leur santé ;
  • Les bénévoles arrivaient à vivre plus longtemps.